Menu Principal

Informations sur Tarfaya

Des informations sur la destination Tarfaya? Voir le site Tarfaya.

 

Suivre le journal d'un prof à Tarfaya. Des news, des critiques et des opinions sur ce qui se passe à Tarfaya.

Le blog d'un Prof >>>

Lieux touristiques à Tarfaya

Tarfaya est une grande ville par son Histoire qui date de plus de 250 ans. En témoignent ses monuments historiques qui témoignent de la présence anglaise (Mc Kenize) Casamar, de la présence portugaise et espagnole (Fort de Tarfaya, cinéma espagnol...), de la présence française (la ligne de l'aéropostale, Antoine de Saint-Exupéry) et de l'événement unique de l'Histoire du Maroc (la Marche Verte). C'est un panorama historique qui se présente à Tarfaya et qui nous a laissé ses traces que malheureusement la plupart sont disparus comme l'église espagnole qui a été démoli pour laisser place au grand batiment de la municipalité ou d'autres monuments qui sont en voie de disparition que les seules intentions de restauration qui s'expriment occasionnellement ne seront pas en mesure de les secourir.

Tarfaya pourrait devenir une destination touristique prévilégiée si plus d'intérêt et plus de développement de ses infrastructures elle recevait. Tarfaya jouit d'une notoriété alléguée par l'écrivain et pilote Antoine de Sanit-Exupéry qui y a résidé pendant 18 mois et s'est inspiré du calme de son désert et de l'immensité de l'océan.

Casamar

CasamarA l'origine un comptoir commercial que l'explorateur anglais Mc Kenzie a construit sur les rochers de la plage de Tarfaya en 1882, Casamar ou la maison de la mer ets le principal monument historique de Tarfaya qui pourrait constituer une curiosité réelle pour les visiteurs. Casamar a été rachetée par le Sultan Hassan I qui l'a offerte aux habitants de Tarfaya qui se sont plain de la présence anglaise sur leur plage. Ensuite elle est devenue un phare pour les bateaux.

Aujourd'hui, Casamar souffre d'une déterioration vancée causée par l'érosion et le temps. Elle nécessite une restauration et une remise en valeur vu sa valeur historique et son apport potentiel au développement touristique et culturel de la ville de Tarfaya.

 

La Kasbah de Tarfaya

Kasbah de TarfayaUn autre monument historique important à Tarfaya appelé aussi le Fort de Tarfaya. Il est destiné à la protection des maisons et des résidences des espagnols qui ont occupé Tarfaya. Heureusement, la kasbah de Tarfaya a été récemment restuaré et classée monument historique.

Comme tous les forts, sa structure est composée d'un portail, de murs solides et épais et de tours de garde.

Il témoigne de la présence des espagnols à Tarfaya et est un signe de la résistance des habitants contre cette présence. Il est un élément essentiel de la mémoire collective et sa préservation est un devoir national.

Actuellement, le Fort de Tarfaya est habité par des soldats et il est déconsillé d'en prendre des photos!

 

Le cinéma Espagnol

Ancien cinéma espagnol à TarfayaUn ancien cinéma construit à l'époque de l'occupation espagnole de Tarfaya en 1933 pour distraire essentiellement les soldats espagnols avec des films américains et espagnols. Un monument historique d'une architecture unique. Après le départ des soldats espagnols, le cinéma continuait à projetter des films aux habitants de Tarfaya et n'a cessé son activité qu'en 1993 à cause de son état de délabrement et à cause aussi de la difficulté d'acquisition de films.

Comme la plupart des monuments historiques à Tarfaya, l'ancien cinéma espagnol se trouve en mauvais à cause de l'effet de lhumidité et du temps.

Le cinéma a été "offert" par un commandant des Forces Armées Royales à une personne de Tarfaya en 1967. Son petit fils et héritier, cherche à le restaurer.

La lagune de Khnifiss/Puerto Cansado

Une destination touristique naturelle très exceptionnelle au Sahara en général. Un refuge et une réserve naturel pour des espèces d'oiseaux rares et qui leur seule présence au désert constitue un phénomène.

La lagune est à environ 75 Km au nord de Tarfaya et est classée Réserve Naturelle et Réserve biologique permanente par décrets minitrériels.

  • La lagune de Khnifiss proprement dite (longue de 20 km, large de quelques centaines de mètres) est un véritable bras de mer s'appuyant à l'Ouest sur des dunes vives sableuses allant jusqu'à la mer, et à l'Est sur une falaise de grès dunaire peu consolidé. Elle se prolonge vers l'intérieur des terres par une immense dépression (Sekha Tazra), ennoyée aux très fortes marées et au fond de laquelle se trouve une exploitation de sel.La guelta El Aouina, voisine de l'embouchure de la lagune et isolée de celle-ci par une série de dunes (qui, m'a-t-on dit récemment viennent d'être percées par une crue de l'Aouedri ?), draine les eaux de l'oued Aouedri et n'est donc alimentée que par les précipitations.Ces deux plans d'eau, proches géographiquement mais d'hydrologies très différentes, sont entourés de portions de biotopes variés : reg, erg, sebkhas, krebs (escarpements de hamadas), sources et puits, falaises vives littorales, plages,...
  • Plusieurs vestiges archéologiques existent sur le site. L'un est une tour dont seul le sommet émerge du sable près de l'embouchure, et tous les autres (au moins 13 connus sur la réserve actuelle) sont des sites préhistoriques sur lesquels abondent silex taillés, fragments d'oeufs d'Autruche gravés et perles de collier en oeufs d'Autruche.

Qualités biécologiques

- Flore et végétation :
  • Algues macrophytes : 30 espèces recensées, dont Fucus vesiculosus qui est abondant bien qu'atteignant ici sa limite méridionale connue en Atlantique NE).
  • Plantes vasculaires : 72 espèces, dont Zoostera noltii strictement marine (herbier) et des plantes endémiques rares pour la région comme Inula lozanoi, Limonium asperrimum, Limoniastrum weygandiorum ou L. Ifniense.
- Faune et populations animales :
  • Invertébrés marins : 18 Polychètes, 74 Crustacés et 50 Mollusques dont Donax venustusInvertébrés terrestres : 5 Gastéropodes (dont Theba chudeaui retrouvé pour la première fois vivant depuis sa description en 1908), 6 Arachnides, 25 Insectes.Amphibiens et Reptiles : 17 espèces y sont connues, parmi lesquelles 2 sont des endémiques marocains : Tarentola boehmei et Bufo brongersmai (ce dernier atteignant ici sa limite sud de répartition). Plus de la moitié des observations marocaines de Spalerosophis diadema et de Lytothynchus diadema se situent à Khnifiss.Oiseaux : 179 espèces (dont 56 en période de reproduction). Nidification du Goéland railleur et de la Sterne pierregarin (seul site pour les 2 espèces au Maroc); du Cormoran huppé et de la Foulque noire (atteignant toutes 2 leur limite sud de répartition), de l'Outarde oubara, du Grand cormoran et du Tadorne casarca. Zone d'hivernage très importante : plus de 10% de la population mondiale de Goéland d'Audouin y est hébergée, second centre marocain pour le Flamant rose (>1000 individus), quatrième centre pour les Limicoles. (près de 20.000 ind.),....Etape indispensable dans la migration de la majorité des Limicoles paléarctiques (3ème plage marocaine connue, permettant l'hivernage d'une forte population de Bécasseau sanderling).
  • Mammifères : 27 espèces dont 2 des 6 endémiques marocaines (Gerbillus occiduus et Crocidura tarfayaensis). Atlantoxerus getulus, endémique du Maghreb, connaît ici sa limite sud mondiale.

Le centre culturel espagnol

Centre culturel espagnol à Tarfaya

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le cimetière des bateaux

Epaves de bateaux à TarfayaLa côte de Tarfaya est caractérisé par la présnece excessive des sables, ce qui constitue un piège pour les bateaux qui s'aventurent près de cette côte ou que les vents y ammènent. Récemment, le bateau de transport Armas qui reliait pour la première fois Tarfaya à Fuerentaventura aux ïles Canaries s'est echoué aux larges de Tarfaya. Ce qui affirme ce phénomène de cimetière de bateaux que constitue les larges de Tarfaya.